I / Présentation

 

 

 

Nom / pseudo : Julia NOLE

 

 

 

Comment avez-vous commencé à écrire ?

 

L’écriture est venue au cours de ma 1ère grossesse. Je dévorais des quantités de romans astronomiques et j’ai eu le sentiment, à ce moment précis de ma vie, que j’étais prête à raconter des histoires tout comme les auteurs que je lisais. Que je pouvais le faire ! J’ai toujours eu de l’imagination, mais ce qui me manquait, c’était une bonne dose de maturité.

 

 

 

Travail à côté : Je suis professeure d’économie et gestion

 

 

Actuellement, tous mes romans sont publiés chez Harper Collins, dans la collection Harlequin HQN

 

- Gentleman et célibataire : romance contemporaine – Février 2017

 

- I Know You : romantic suspense – Juillet 2017

 

- Walking For Absolution : romantic suspense – Mars 2018

 

- Un autre roman sera publié prochainement (romance contemporaine – drame)

 

 

 

Reliriez-vous votre premier roman / première nouvelle ?

 

 

Le fameux « Premier Roman » ! Mon tout premier roman n’a pas été publié. Il dort dans l’un de mes tiroirs. Je dois avouer que j’ai songé, plusieurs fois, à le sortir de mes archives et à le retravailler afin de lui donner une vraie chance d’être publié. Pourtant, j’ai renoncé à cette idée. J’aime qu’il reste tel qu’il est, c’est-à-dire, saturé d’imperfections ! Il me rappelle que l’écriture est un travail permanent et il me rassure sur mes progrès.

 

 

 

II / L’écriture au quotidien

 

 

Décrivez-nous comment vous aimeriez écrire :

 

Dans l’idéal, je calerais mon rythme sur celui de Stephen King (Ecriture). Tous les matins, de 8h à 13h, je me consacrerais à mon manuscrit en cours et j’utiliserais le reste de la journée pour lire, réfléchir à de nouveaux projets et me documenter sur des sujets divers.

 

En clair, je me dédierais, à plein temps, à l’écriture ! (On a bien dit d’expliquer ici comment on aimerait écrire !! J )

 

 

 

Réalité :

 

Ma réalité impose son lot de contraintes et remet tout en question. Priorité à l’organisation familiale, mon activité professionnelle etc… La vie, en fait !

 

Donc, j’écris le soir la plupart du temps. Parfois, je dois renoncer à allumer l’ordinateur, ce qui a l’inconvénient majeur de créer ce que j’appelle des micro-coupures : un éloignement de l’univers de l’histoire en cours. (Et je rame pour y revenir, dès que possible !)

 

   

Votre partie préférée :

 

Quand j’ai écrit mon premier roman, j’ai particulièrement aimé le début de l’histoire. C’est ce qui est venu avec le plus de facilité. Puis, j’ai aimé le premier point final, celui du premier jet, et qui s’accompagne d’un sentiment d’accomplissement.

 

Maintenant, j’aime le vrai point final, celui qui se pose après des heures de corrections, de questions, de modifications… voire même de suppressions (pas le plus simple !!)

 

   

Votre technique de relecture/correction

 

Cette phase est un moment que j’aime beaucoup. Habituellement, je laisse reposer mon texte environ une semaine. J’en profite pour récupérer car, souvent, la rédaction de la fin d’un roman me pousse à veiller tard ; les rouages de l’intrigue sont en branle et s’enchaînent d’eux-mêmes !

 

Je commence par mener une réflexion sur mes personnages en vérifiant la cohérence de leurs agissements. Puis, je retravaille les scènes : j’étoffe, je supprime, je modifie. Je développe les pensées, en fonction du point de vue, et je travaille les détails. Enfin, je précise le vocabulaire, traque les répétitions et les fautes d’orthographe. A ce stade, je connais mon texte presque par cœur. J

 

  

 

III / Anecdote liée à l’écriture

 

A ce jour, il s’agit de la rencontre avec l’une de mes éditrices, en dehors du cadre professionnel. J’aime écrire, j’adore parler d’écriture, en clair, j’épuise mon mari à ressasser mes intrigues du matin au soir (d’ailleurs, je lui suis infiniment reconnaissante de me prêter son oreille attentive et critique – le soutien des proches, c’est tellement important !). Alors, c’est dire si j’ai aimé passer une demi-journée à discuter avec mon éditrice de projets en cours, de techniques d’écriture, de genres littéraires…

 

Dans la même idée et si j’en ai la chance, j’aimerais aussi rencontrer des lectrices pour échanger sur leurs lectures (les miennes et d’autres !), je suis certaine que ce moment-là sera plus intense encore !